On obtempère. Deux elfes, mains de fer, gants de velours, le secondent à l’entrée, ça favorise le fair play. Quand on évoque le phénomène Van Litsenborgh avec Fabrice de Rohan Chabot, éditeur de Technikart, ce dernier ajoute : Francis est très cultivé.

Sa rentrée s’annonce particulièrement chargée. Elle supervise l’un des plus gros projets parisiens de ces prochains mois, la création du nouveau concept store de l’Occitane et de Pierre Hermé sur les Champs lysées (700 m2) et termine actuellement deux chantiers d’envergure à l’étranger : la décoration du premier restaurant Manko à Barheim et celle de la boutique Cartier, annoncée en décembre chez Harrod’s à Londres. Le joaillier lui a d’ailleurs confié le relooking de sept points de vente dont sa prestigieuse vitrine de la place Vendôme.

C’est là que la twittosphère s’est emballée, s’interrogeant sur la signification à donner à ce costume, établissant des parallèles. Vanessa Friedman, responsable des pages mode du NewYork Times a tranché: elle a vu dans le choix de Melania Trump un hommage aux suffragettes. Et pourquoi pas un clin d’il à Hillary Clinton, qui portait elle aussi du blanc lors de son investiture par le Parti démocrate, le 29juillet 2016, et lors de l’investiture de Donald Trump, le 20janvier 2017..

« Une Française est venue hier. Elle m’a dit qu’elle avait acheté sa première robe Azzaro il y a vingt cinq ans et qu’elle la mettait toujours », relate Sandra Donnève. Mais surtout, à Mayfair, il y a une clientèle qui n’existe que peu à Paris les Russes et les Moyen Orientaux et dont les moyens ne sont pas à négliger.

J’avais fait des bêtises, a t il expliqué. Mais c’est fini maintenant. Le chanteur a même tenu à rassurer en direct sa petite amie actuelle, Laure Manaudou:Elle nous regarde en plus!Je t’aime ma chérie.. Chaque maison compte désormais deux, voire trois vendeuses chinoises, prêtes à servir cette clientèle en or. Lors de la dernière Fashion Week parisienne, leur présence était flagrante : des front rows au podium, partout de jolies Chinoises souriaient aux photographes. Même si les enseignes refusent souvent de s’exprimer sur le sujet, il leur est désormais impensable de négliger ces fashionistas.

Non nous avons simplement eu une discussion courtoise, dans l que cette première mauvaise expérience serait atténuée par celle d écoutée pendant une heure. J apprécié cet entretien, Monsieur le directeur s montré ouvert et à l s de nouveau pour le commentaire offensant, et visiblement désireux d des améliorations à l dans ses boutiques. Il a quand même relevé les mots peu avenant que j pu avoir à l de sa vendeuse notamment (sur lesquels je persiste et signe, nous avons été très mal reçus, elle m fait me sentir une moins que rien le jour de mon anniversaire et je trouve ça scandaleux)..

Louboutin Paris Boutique
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire