Puis, de toute façon, j’ai toujours une paire de rechange dans mon immense sac à main. Dans la cage d’escalier, j’ajuste mes baskets en rangeant mes Louboutin, puis je pars de la société. Il ne fait pas aussi froid que je l’aurais imaginé. Après le soulier de Cendrillon, Christian Louboutin s’est donc attaqué au conte de la Belle au bois dormant et plus particulièrement à la sorcière Maléfique. Pour créer cet escarpin, le styliste a bien évidemment fait appel à Angelina Jolie. Et collaborer avec la star Hollywoodienne aurait été un vrai bonheur.

Je n’étais pas préparé à un tel emballement. Il a appris depuis et il s’isole deux fois par an pour créer une nouvelle collection. Nomade, Christian aime par dessus tout voyager, pas seulement dans son usine en Italie ou pour inaugurer des boutiques à travers le monde, mais aussi pour trouver l’inspiration.

La stratégie marketing est parfaite. Le produit s’adosse à la tendance du moment. Le modèle est confortable et adapté aux silhouettes fines comme aux formes plus généreuses. Quant à la griffe italienne Marni, la célébration, cette année, de ses 20 ans passe aussi par la création d’un marché aux fleurs qui fait le tour du monde (ce mois ci à la Foire d’art Hongkong Art Basel). En2014, Taylor Tomasi Hill, ancienne directrice créative du site de vente de luxe en ligne Moda Operanti, s’est reconvertie en fleuriste et propose des bouquets minimalistes et rétro; idem pour la styliste Meredith Perez, ex Calvin Klein, dont les New Yorkais s’arrachent les arrangements floraux. Un retour aux sources qui confirme le vrai pouvoir des fleurs..

Cuit entier au four dans une feuille d’alu, et avec de la flouve odorante, une herbe qui peut aussi parfumer la vodka, il est fort en goût et débarrassé de son humidité. Piège, qui sait soigner les apparences, tranche sa fleur en fines lamelles qu’il dispose comme des pétales de rose, en alternance avec du parmesan et de la truffe. Et puisqu’on est chez un aspirant trois étoiles, des goodies viennent corser le tout : un bouillon de céleri si caramélisé qu’il est devenu noir, des cubes de gelée de bergamote, acidulés, une mousseline de céleri, comme un nuage au milieu de l’assiette..

Il a aussi de grandes compétences techniques, indispensables pour un produit comme la chaussure, qui doit être bien réalisée, innovante, mais aussi confortable et portable. L’univers de Nicholas Kirkwood est riche, or il faut de la substance pour pouvoir aider une marque à se développer dans le temps comme nous le faisons. Nous sommes arrivés à un moment où il avait besoin de passer à un autre chapitre..

Louboutin Paris Metro
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire